Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/10/2010

DINANT 1914 : première victoire française.

par Jean-Jacques Hauquier

Administrateur au Musée des Marches Folkloriques de l’Entre-Sambre-et-Meuse

 Où : Dinant – Citadelle – Salle Gribeauval

 Date : Sa 20|11|2010 – 15h00

 

Conférence

Coproduction Amicale de la 1ERSO de Dinant/Citadelle de Dinant/CCRD, dans le cadre du Cycle de Conférences Naguère la Citadelle de Dinant.

Durant cette conférence, Jean-Jacques Hauquier développera les stratégies allemande et française sur la région et abordera plus particulièrement la question de "Dinant : pivot sécuritaire de la Ve Armée française sur l'Entre-Sambre-et-Meuse", selon la vision du Général Lanrezac.

 

Renseignements: 082/22.36.70. - 0495/18.35.63. - www.citadellededinant.be - ph.guns@citadellededinant.be

img176.jpg

18:43 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

Sentiers de Mémoire

 Une évocation de la vie avant, pendant et après les guerres

qui ont assobri notre région et notre histoire...

Cette création au Théâtre d'Auvelais comprend

des textes, des danses classiques et contemporaines, du chant...

Sentier et Mémoire à Sambreville.jpg

 

 

 

07/10/2010

92 ans après l’Armistice, l'Allemagne a fini de payer les réparations de la guerre 1914-1918.

Armistice..jpg

 

 

Voici 92 ans, l’Armistice de 1918 était signé le 11 novembre à 5 h 15 et marquait la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et la capitulation de l’Allemagne. La ville de Fosses-la-Ville et les groupements patriotiques de l’entité se souviendront.

 

 

La dette de l’Allemagne épurée :

 

92 ans après la fin de la Première Guerre mondiale, près d’un siècle après le début de celle-ci,  l'Allemagne a mis fin ce dimanche 3 octobre 2010 à l’échéance des payements des réparations imposées par les Alliés.

 

Ces réparations, d’un montant de 269 milliards de Reich marks, devaient compenser les pertes subies par la France et la Belgique pendant le conflit, et aider à défrayer le coût de cette guerre pour les pays alliés. Imposées par le traité de Versailles du 28 juin 1919, elles ont lourdement pesé sur les gouvernements de la République de Weimar dans les années 1920.

 

Avec les crises successives de 1923 et 1929, l’Allemagne était incapable d’honorer ces réparations ; un des facteurs qui ont contribué à la venue au pouvoir d'Hitler en 1933.

 

Le 3 octobre 1990, la RFA et la RDA se sont réunifiées et le paiement des intérêts a repris. Boris Knapp, le porte-parole de l’Agence financière allemande en charge de la dette, affirmait qu’entre 1990 et 2010, ce sont près de 200 millions d’euros qui ont été versés à ses créanciers.

 

Avec le vingtième anniversaire de sa réunification, l'Allemagne tourne donc une nouvelle page de son histoire.

 

L’Armistice 2010 : veillons sur la Paix :

 

C’est dans un wagon en forêt de Compiègne que l’armistice du 11 novembre 1918 est signé. Cette convention est aujourd’hui conservée au Service historique de la défense à Paris : un document de 13 pages (photo ci-dessous). L’exemplaire allemand a été détruit.

Le livre.jpg

 

Pour le comité du Souvenir de Le Roux et nos élus fossois, la commémoration du 11 novembre est un rendez-vous important pour la ville. « Veillons sur la Paix », voilà certainement une pensée qui traversera notre esprit au cours cette journée du Souvenir. Vous trouverez le programme complet en ouvrant le lien suivant :

Invitation 11.11.2010.pdf

Invit.11novembre2010.jpg

01/09/2010

"Namur à l'heure allemande"

Carton invitation.jpg

Du 23 août au 27 Novembre prochain, Namur accueille l’événement « Namur à l’heure allemande. 1914-1918, au quotidien ».


image_preview.jpg

 

 

 

 

Au menu de cette commémoration, une exposition photographique tout d’abord, regroupant des photos de Namur au début du 20ème siècle, ainsi que des clichés pris aujourd’hui aux mêmes endroits, par des étudiants en photographie de l’IATA, école technique namuroise. Cette exposition est déjà ouverte depuis le lundi 23 août 2010 sur la place d’Armes. Une cinquantaine de panneaux y seront installés jusqu’au 12 septembre prochain.

 

 Place Marché aux légumes.jpg

  

 

 

Une autre expo, c’est celle portant sur le quotidien namurois pendant la Première guerre mondiale. Elle proposera notamment de nombreux documents et objets d’époque, souvent inédits. Elle se tiendra cette fois dans les locaux de la bibliothèque universitaire Moretus Plantin, du 10 septembre au 27 novembre 2010.

 

Au programme également de l’événement, le cinéma Caméo 2 organisera deux séances de projections sur la thématique de la guerre 14-18 évidemment. Ce sera les 9 et 16 novembre prochains. Enfin, encore, un colloque scientifique sur l’image de la Belgique durant la Grande Guerre, organisé par les Facultés namuroises. Et là c’est prévu du 25 au 27 novembre.

Place St-Aubain.jpg

img139.jpg

25/08/2010

Guingamp - Le Roux, fidèles depuis près d'un quart de siècle.

A l'issue de toutes les cérémonies programmées sur les communes d'Aiseau-Presles et de Fosses-Ville, avant de reprendre la route de la Bretagne, la délégation de Guingamp s’est rendue au Phare Breton d’Auvelais pour honorer ses officiers, sous-officiers et soldats qui reposent dans ce cimetière militaire.

 

Les guingampais étaient accompagnés des représentants de Cherbourg, de Rouen, du Colonel Claude Michel, Délégué général-adjoint du Souvenir Français à Bruxelles et du Président d'Honneur du Comité du Souvenir de Le Roux, Daniel Tilmant.

P8221727.JPG

 

Guingamp – Le Roux : une fidélité depuis 24 années. 

 

 

Il est difficile de faire œuvre d’historien lorsque l’on ne dispose que de ses seuls souvenirs. Ces derniers me permettent toutefois de faire remonter à 1987 l’origine des liens de mémoire entre Guingamp et le « pays d’entre et Sambre et Meuse » en Belgique. De même, l’exposition sur la guerre 14-18 qui s’est tenue à l’espace François Mitterrand en 2004 n’avait rien d’un hasard.

 

Considérés comme une défaite par beaucoup, les combats de la Sambre auront permis de ralentir l’ennemi et de préparer la victoire de Joffre sur la Marne quelques semaines plus tard. En France, on ne commémore que très rarement les défaites, ce qui explique que les morts de la Sambre soient restés trop longtemps dans un demi oubli.

 

En Belgique, de nombreux comités du souvenir existent. Celui de Le Roux a été créé en 1919 et rend hommage à nos soldats depuis cette date. Dans les années 80, il invite tour à tour les élus des 9 villes bretonnes et normandes qui étaient le siège des régiments ayant combattus sur la Sambre. Pour notre département : Dinan, Guingamp et Saint-Brieuc .

 

En 1987, Guingamp, Rennes et Saint-Brieuc sont invités. Je suis désigné pour représenter Maurice Briand. Un bulletin municipal de Guingamp rend d’ailleurs compte de cette cérémonie.

 

En 1989 pour le 75ème anniversaire, les neuf villes concernées sont présentes. Bien qu’étant dans la minorité, je représente à nouveau Guingamp ; Albert Lisssillour sera du voyage en Belgique en 1991.

 

En 2004, pour le 90ème anniversaire du déclenchement de la première Guerre mondiale, la municipalité de Noël Le Graët invite le président du Comité belge aux cérémonies du 11 novembre à Guingamp. Une exposition est organisée par le service culturel de la Ville et l’association Bretagne 14-18. Elle se tient dans l’espace François Mitterrand et accueille un nombreux public, notamment scolaire. Mais aussi les familles des poilus …

 

Dans le même temps, la ville suscite une rencontre entre les responsables du Comité du souvenir de Le Roux et les associations patriotiques du Pays de Guingamp. Il s’agit de mieux faire connaître les cérémonies belges et de susciter l’intérêt des guingampais pour le souvenir de ces combats. Pierre Ziegler (Coat-Mallouen) et Pierre Kernanet (Souvenir français) sont les premiers à donner leur accord.

 

Derrière eux, une dizaine d’associations répondent à l’appel et leurs responsables visitent l’exposition en même temps que le président Tilmant et des élus. Le principe du déplacement d’un car pour les cérémonies de 2005 est arrêté, l’organisation est prise en charge par les différentes associations patriotiques.

 

Au total, depuis 1987, la Ville de Guingamp a été représentée à ces cérémonies une bonne demi-douzaine de fois par l’un de ses élus. Sous l’impulsion de la Ville, les liens ont pris une dimension nouvelle en 2005 et les échanges se font désormais au minimum deux fois par an, à l’occasion des cérémonies de Coat-Mallouen et des cérémonies de Belgique.

 

Même si le dernier déplacement d’un élu guingampais en Belgique remonte à 5 ans, les liens restent forts entre la Ville et le Comité comme en témoigne l’accueil fait, cette année encore, en mairie de Guingamp par Annie Le Houérou lors de la visite de la délégation belge à Coat-Mallouen.

 

L’approche du centième anniversaire du déclenchement du conflit devrait intensifier les relations entre le Pays de Guingamp et ce coin de Belgique. C’est en tout cas la volonté du Comité belge qui va multiplier les contacts avec l’ensemble des communes natales des soldats inhumés en Belgique pour les associer à la préparation des cérémonies.

 

En fait, les liens entre Guingamp et la Belgique sont nés au moment où a été placardé l’ordre de mobilisation qui a conduit le 48ème régiment d’infanterie à Rethel. Là, ils ont quitté leurs wagons pour aller à marche forcée vers la « Moisson rouge »[1] qui les attendait entre Sambre et Meuse. Tout ce qui peut contribuer à entretenir leur mémoire doit être encouragé.

 

Jean-Claude LE PIVERT


[1] Pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’excellent historien trégorois Roger Laouénan.

 

Dans la presse bretonne, cliquer sur les liens suivants :

Ouest-France du vendredi 27 août 2010 :

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_--Aout-14-une-tuerie-pour-les-Guingampais-_22070-avd-20100827-58851556_actuLocale.Htm

Le Télégramme du samedi 28 août 2010 : Le Télégramme_28.08.2010.pdf

L'Echo de Guingamp du 1er sept. 2010 : L'Echo_01.09.2010.pdf

23/08/2010

Hommage aux soldats de la Sambre à la Belle-Motte.

Fosses-la-Ville, Aiseau-Presles, Sambreville, c’est dans cette région de l’Entre Sambre et Meuse que les 21, 22 et 23 août 1914, plus de 800.000 hommes, des Français, des Belges et des Allemands vont s’affronter dans une lutte sans merci. 

 

En hommage aux sacrifices de ses soldats de 1914, présents sur la Sambre, mais aussi en reconnaissance de tous ceux et de toutes celles qui ont lutté jusqu'à l'abnégation pour notre liberté, un hommage solennel a été rendu au cimetière militaire français de la Belle-Motte par le Comité du Souvenir de Le Roux en étroite collaboration avec les administrations communales d’Aiseau-Presles et de Fosses-La Ville.

 

DSC06557 (02).JPG

Soldats à l’honneur :

 

Menacé d’encerclement, les Français et les belges doivent retraiter dans la nuit du 23 au 24 août. 7.300 soldats français furent tués au cours des différents combats. Ils reposent pour la plupart dans cinq cimetières militaires de la région. Celui de la Belle-Motte, dans lequel se déroulent les cérémonies en est le plus important. Il renferme les corps de 4.060 soldats français pour moitié en tombes individuelles et pour moitié dans deux ossuaires.

 

A coté des pertes et des destructions dues au combat, la population belge subit de nombreuses atrocités de la part de l'ennemi : otages utilisés comme bouclier humain ou fusillés sans raison, nombreuses maisons incendiées. On se souviendra des 383 fusillés de Tamines et des 650 fusillés de Dinant.

 

DSC06572.JPGCette année, le comité du Souvenir met à l'honneur un soldat mort pour la France et inhumé à la Belle-Motte. Il s’agit du Sergent Albert Bertret du 83ème Régiment d’Infanterie Territoriale, tué à l’ennemi le 24 août 1914 à Tournai. Le 23 août 1914, un Escadron du 3ème Dragon et deux bataillons des 83ème et 84ème Régiments d’Infanterie Territoriale occupent Tournai. Les soldats qui les composent sont des Vendéens quadragénaires dotés d’un armement ancien. Le 24 août, ils tiendront tête, pendant plus de six heures, à trois divisions d’Infanterie allemande. Cinquante trois d’entre eux furent tués. La plupart reposent aujourd’hui à Tournai, sous le tertre sur lequel fut érigé, en 1924, un monument à leur gloire. Nous ne connaissons pas la raison pour laquelle six d’entre eux furent inhumés, en 1922, en la Nécropole de la Belle-Motte.

 

A plusieurs reprises, les familles de ces six soldats se sont rendues à Tournai pour se recueillir sur ce qu’elles croyaient être la tombe de leur parent. Ce n’est que depuis l’an passé, qu’elles connaissent l’endroit où ils sont réellement enterrés. Madame Marie-Laure Derval, petite-fille du Sergent Bertret a tenu à être présente ce 22 août 2010 à cette cérémonie. Elle a fleuri pour la première fois la tombe de son grand-père.

 P8221702_02.JPG

Monsieur Jean-Claude Hamel, Président du Souvenir Français de Cherbourg et présent également pour la toute première fois, déposera une gerbe sur la tombe du Capitaine Léon Lorentz, choisi par lui, pour représenter tous les tués du 25ème Régiment d’Infanterie. Ce régiment, originaire de Cherbourg, a été engagé le 22 août 1914 entre Roselies et Aiseau en direction du pont de Tamines. 1.350 hommes manqueront à l’appel qui suivra cet engagement. 

 

DSC06573.JPGSimultanénment, Madame Marie-Claude Duhamel, Maire de Mont Bernenchon, fleurira quant à elle, la tombe du Soldat Taffin. Originaire de ce village, le Soldat Taffin appartenait au 3ème Régiment du Génie. Il sera tué le 23 août 1914 à Sart-Saint-Laurent.

 

Parrainage des tombes :

 

Depuis 2006, l’opération de parrainage ou d’adoption d’une tombe a rencontré un vif succès parmi toutes les couches d’âge de la population. Près de 330 tombes sont actuellement parrainées. Un remerciement chaleureux sera adressé à tous les parrains et à toutes les marraines présents pour leur démarche citoyenne.

 

Après le commandement et l’exécution « du porter armes » par la troupe, les parrains et marraines vont fleurir les tombes pendant l’appel aux morts. Sur fond musical, cette année, à l’appel aux Morts rendra hommage aux soldats du 36ème Régiment d’Infanterie de Caen, du 83ème  Régiment d’Infanterie  Territoriale  et du 3ème Régiment de Dragon.

 

Ces  hommes ont été tués à l’ennemi, lors des combats de la Sambre, et sont inhumés dans les différents cimetières militaires de la région. Dans le même temps, Monsieur Daniel BANCU, échevin d’Aiseau-Presles chargé des relations avec les associations patriotiques fera retentir le bourdon du Souvenir.

 

Les discours : trois discours vont souligner toute l’importance de ce rendez-vous estival :

DSC06582.JPG

Monsieur Marcel DARGENT, bourgmestre d’Aiseau-Presles adresse le message de ses concitoyens.

Cliquez sur le lien suivant pour découvrir le discours :  Discours Marcel DARGENT_2010.pdf

 

 

DSC06583.JPG

Mademoiselle Lara Saidane livre le message de la jeunesse.

Ouvrez le lien pour découvrir le discours :  Discours de Lara SAIDANE_2010.pdf

 

DSC06586.JPGLa parole est donnée à Monsieur Michel Tellier, Maire de Soisy-aux-Bois et Président de l’Association Mondement 1914, les Soldats de la Marne. 

Ouvrir le lien ci-contre pour le lire le discours : Discours Michel Tellier 22.08.2010.doc

 

 

Moment intense de recueillement, celui du dépôt des gerbes : près d'une vingtaine de gerbes seront déposées par les plus hautes autorités présentes.

 

Au pied de l’ogive par : Messieurs Marcel Dargent et Benoît Spineux, Bourgmestres d’Aiseau-Presles et Fosses-la-Ville ; Monsieur  Luc Delire, Député provincial et représentant Monsieur Denis Mathen, Gouverneur de la province de Namur ; Monsieur le Général Jean-Louis Taillaud, représentant  le Ministre français de la Défense ; Monsieur le Colonel-Aviateur Genard représentant Monsieur le Ministre belge de  la Défense ; Monsieur Romuald Rouchon, Consul général adjoint de France à Bruxelles, représentant Monsieur Serge Mucetti, Consul Général de France à Bruxelles ; Monsieur le Colonel Alain Renard, Commandant de l'Etat-Major militaire de la Province de Namur ; Monsieur le Commissaire Naggy de la Zone de Police Entre Sambre-et-Meuse.

DSC06589.JPG


Simultanément, sous la conduite des membres du comité du Souvenir, les représentants de la ville de Vitré, de la Fondation de la France Libre, du Souvenir Français de Givet, et de la Marche Sainte-Gertrude fleurissent l’ossuaire situé à gauche de l’ogive tandis que les représentants  de Mondement 1914 les Soldats.de la Marnes, de l’Amicale Para-Commando section Namur, du Maquis de Coat Mallouen et de la ville de Guingamp fleurissent  l’ossuaire situé à droite de l’ogive.

  

Au nom de la jeunesse, Mademoiselle Lara Saidane dépose une gerbe devant l’Urne contenant de la terre de Verdun.

 

DSC06604.JPG DSC06615.JPG 

 

Les Honneurs militaires étaient rendus par une escouade en armes du 3è Régiment d'Hélicoptères de combats d'Etain-Rouvres (Verdun) et par un peloton en armes du 8è Bataillon logistique de Baronville (B) tandis que deux trompettes de la Musique Royale de la Marine exécutaient les sonneries et l'Harmonie Royale "L'Union" de Fraire apportaient la note musicale.

 DSC06553.JPG

DSC06567.JPG

 

La presse écrite était présente : cliquez sur les liens suivants :

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=38984279&postcode=5070

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=38985160&postcode=6250

DSC06607.JPG
DSC06581.JPG
DSC06620.JPG
Nous remercions Michel DUBUS pour le reportage photographique de cette page.