Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/12/2009

Meilleurs voeux !

img027.jpg

Voici la nouvelle année, comme un chemin qui se dévoile.

Que sur la route de vos projets, le soleil se mêle aux étoiles

Pour que 2010 vous soit chaleureux de bonheur, de joie de vivre et de santé

Dans la Paix, la fraternité et la liberté !

 

L’équipe du Comité du Souvenir de Le Roux (B)

20/12/2009

« Août 1914 dans le canton de Fosses » en brochure.

Affiche expo.jpg

Ce 31 octobre dernier, le musée du Petit Chapitre à Fosses-la-Ville refermait ses portes sur une des plus belles expositions qu’il a accueilli : « Août 1914 dans le canton de Fosses ». Pour le comité du Souvenir, l’intérêt des 1.200 visiteurs valait bien l’édition d’un livre sur le sujet.

 

PC200472.JPGAujourd’hui, les membres du comité sont heureux de vous annoncer la sortie de cette brochure où les 50 panneaux de l’exposition y sont reproduits et en font un livre esthétique tout autant qu’enrichissant pour la Mémoire.

 

L’ouvrage offre une synthèse historique sur la situation géopolitique de l’époque, les causes de la guerre et rend un bel hommage à la situation vécue par les habitants et les troupes armées dans plus de 30 villages du canton de Fosses en août 1914.

 

 

PC200473.JPGCe livre imprimé en quadrichromie, format A4 broché, avec de très nombreuses photos d'archives, est dès à présent mis en vente au prix de 15,00 € auprès :

> des membres du comité (' Ch. Chabot 0474/38.36.77 -

   D. Tilmant ' 0477/66.87.80 ou

   L. Charles ' 0474/36.97.82) ;

> à la maison du Tourisme à Fosses-la-Ville, place du Marché, 12 -

   ' 071/71.46.24 ;

 

 

> à la Boucherie Patrick à Le Roux, rue Grande, 29 ;

> à la station-service Roveltex à Le Roux, chaussée de Charleroi, 343 ;

> ou encore en versant sur le compte du comité du Souvenir n° 068-2025275-39 la somme de 15,00 € (+ les frais postaux 1,77 € pour la Belgique et 5,40 € pour l’étranger).

 

Attention que les personnes qui l’ont réservé en prévente durant l’exposition le recevront prochainement au prix « ami ».

PC200474.JPG

"Premier Noël dans les tranchées"

 

Premier Noêl dans les tranchées.jpgUn DVD de Michaël Gaumnitz

2005, 52 min, couleurs.

 

Août 1914, c'est la guerre. Très vite, l'illusion d'un conflit rapide s'envole. Les armées s’enterrent. C’est le temps des tranchées, des barbelés, du froid, de la faim et des offensives aussi sanglantes qu’inutiles.


Moins de six mois après le début de la guerre, Noël 1914, c'est le ras-le-bol. Dans les tranchées, les soldats ennemis savent qu'ils endurent les mêmes souffrances, alors même que leur propre famille ignore leurs véritables conditions de vie. A Noël certains « fraternisent » spontanément : cessez-le-feu tacites, partages de repas et de cigarettes. Il faudra une brutale reprise en main par les Etats-majors pour que cesse le "scandale" des fraternisations.

 

La fiction « JOYEUX NOEL » est sorti sur nos écrans fin 2005 (présentée à Cannes 2005) aborde également cet épisode de l'histoire 14-18.

 

Faisant suite au film « Frères de tranchées », ce documentaire aux nombreuses images d’archives, témoignages et reconstitutions, traite des fraternisations, mais uniquement dans ces 10 dernières minutes contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre. Cette vision plus large offre un regard particulièrement intéressant sur l’engouement des premiers jours et l’installation dans les tranchées. Un très bon documentaire qui apporte beaucoup sur les conditions de vie des soldats, français et allemands ainsi que sur leurs sentiments.

 

L’interview de Marc Ferro, en bonus, éclaire quant à lui sur les fraternisations elles-mêmes, tout au long de la guerre.

 

Pour visionner un extrait de la vidéo cliquez sur le lien suivant :

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces=49161-video-3126.html

 

 

 

17/12/2009

Hommage à André HUYNEN , ancien porte-drapeau de Sart-Eustache

Le samedi 12 décembre, à l’occasion de son 90ème anniversaire, la famille d’André Huynen et ses amis étaient rassemblés à la salle communale pour fêter son jubilaire.

andré huynen 004.jpg

Combattant en 40 et ensuite prisonnier en Allemagne, il a aussi été porte-drapeau patriotique de Sart-Eustache.

André a accompli cette fonction avec le dévouement et la générosité qui le caractérisent et dont il a fait preuve dans d’autres domaines, que ce soit au Comité des fêtes dont il a été un pilier pendant 28 ans ou au Conseil de fabrique dont il est d’ailleurs toujours président. 

André est le dernier ancien de Sart-Eustache à avoir participé à la guerre 40-45. Avec Maurice Piéfort et Fernand Galais, la relève de la fonction de porte-drapeau est assurée depuis l’an 2000.

Le Comité du Souvenir a profité de cette réception pour  le remercier. Après une courte présentation par Fernand Galais, le président Christian Chabot a fait un discours de circonstance et le Comité a remis à André un diplôme de reconnaissance réalisé par Daniel Tilmant ainsi qu’un livre sur la guerre 40-45.

img020.jpg

 img021.jpg

 

 

 

 

 

 

La presse s'est associée à l'événement, cliquez sur le lien ci-contre : Vers l'Avenir_A. Huynen 18.12.2009.pdf

 

 

22/11/2009

Le Poilu n'était pas enterré là où il est tombé.

Depuis des années, Fernand Richard se rendait à Tournai pour y honorer la mémoire de son grand-père,mort au combat en 1914. L'aïeul était enterré 200 km plus loin...

Poilu_Belle-Motte_GRM Vendée.jpg
« Mon grand-père repose à Aiseau-Le Roux. Je le laisserai avec ses copains de combat », explique Fernand Richard (au centre), entouré d'Armand Guédon et Jean-Yves Renaudineau, respectivement secrétaire adjoint et président du GRM.
 
« Cette plaque, j'avais 15 ans lorsque mon père me l'a donnée. » Fernand Richard ne s'est jamais séparé de la plaque du matricule 1789, celui de son grand-père, né au Château-d'Olonne et mort au champ d'honneur lors de la Première Guerre mondiale. Elle l'a accompagné pendant la guerre d'Algérie mais aussi ce jour de 1999 où, se rendant aux archives départementales, il découvre le nom de son grand-père, Victor Richard, dans un registre. « Dans la famille, on ne savait rien. Pour ma grand-mère, c'était un sujet tabou. »

Après de longues années de recherches, sa patience et sa ténacité semblent enfin récompensées. « On m'a remis sa feuille militaire. J'ai appris qu'il était mort à Tournai et qu'il y était enterré. »

Le 24 août 1914, moins d'un mois après le début des hostilités, 53 soldats vendéens tombent sous les balles allemandes dans cette commune belge. L'un des premiers combats du 83e régiment territorial d'infanterie de La Roche et du 84e de Fontenay oppose 1 600 hommes à l'armée allemande en surnombre.

Une stèle « Le monument des géants » est érigée en mémoire de la résistance héroïque de ces 53 Vendéens. « Le nom de mon grand-père était apposé sur le mur de l'église et sur le monument aux morts. Je le croyais inhumé sous le tertre des Vendéens. Je suis allé plusieurs fois y déposer des fleurs. »

« Tous les jours le 11 Novembre »

Sdt Richard 002.JPGDix ans après cette révélation, c'est le choc pour Fernand Richard. Le groupe départemental de recherches sépulcrales et de mémoire historique combattante de la Vendée (GRM) le contacte. « Victor Richard a été inhumé à Warchain, puis transféré le 14 décembre 1922 au cimetière militaire de la Belle-Motte à Aiseau-Le Roux, à 200 km de Tournai », précise Jean-Yves Renaudineau, président de l'association.

Lors d'un travail de recherches au Château-d'Olonne, « nous avons croisé le dossier de Victor Richard, soldat au 83e régiment territorial d'infanterie. » En réussissant à lever le verrou du secret militaire, « nous avons pu faire des recoupements. » C'est que les archives ne sont ouvertes qu'au bout de 120 ans. « Notre groupe a accès aux fichiers sans restriction de consultation. »

Le GRM passe ainsi le plus clair de son temps à exhumer des Vendéens de l'oubli. « Depuis 1999, nous avons traité 6 000 dossiers. Pour nous, c'est l'Everest à grimper. À Tournai, nous avons découvert cinq cas identiques à celui de Victor Richard. »

Pour l'association, « le 8 Mai et le 11 Novembre, c'est tous les jours. Il s'agit de rendre hommage à ces soldats, morts pour notre liberté. Le devoir de mémoire, on le défend bec et ongles. » Fernand Richard, quant à lui, a pris sa décision : « Mon grand-père repose à Aiseau-Le Roux. Je le laisserai avec ses copains de combat. »

Laurence MONARD.
Ouest-France.
Vendredi 20 novembre 2009.
Sdt Richard 005.JPG

14/11/2009

Un 11 novembre autour du devoir de Mémoire.

PB110400.JPGCe mercredi 11 novembre 2009, un très bel hommage a été rendu à la mémoire des combattants de la Grande Guerre et c’est à Bambois, cette année, que les cérémonies officielles du 91ème anniversaire de l’Armistice de 1918 avaient lieu pour l’entité de Fosses-la-Ville.

 

La population, les anciens, les porte-drapeaux, l’autorité communale et du CPAS, une délégation des pompiers, l’amicale des para-commandos de Namur et le corps enseignant étaient présents à cette commémoration qui s’est déroulée en deux temps fort : la messe en l'église Saint-Barthélemy célébrée par le Doyen Favart, avec la participation remarquable de la chorale paroissiale, et la cérémonie de recueillement au monument aux Morts.

 

Egalement présents de très nombreux enfants des réseaux scolaires du communal et du libre. Ils ont partagé ce moment solennel avec les anciens. Précédant les porte-drapeaux, deux enfants sont entrés fièrement dans l’église paroissiale portant la Flamme sacrée du Soldat Inconnu qu’ils ont ramenée de Bruxelles quelques jours plus tôt.

PB110375.JPG

Au monument aux Morts, la cérémonie commémorative a débuté par la mise en place de la Flamme par les enfants suivie d’une prière récitée par Monsieur le Doyen. Madame Anny Batardy rappela les conséquences dramatiques de la Grande Guerre.

 

Les noms des soldats fossois morts au champ d’honneur ont ensuite été cités par le colonel (er) Christian Chabot. A l’appel de chaque nom, un enfant déposait une rose blanche au pied du monument.

 

PB110384.JPG

Mesdames Anny Batardy et Paule Piéfort, au nom du conseil communal, et l’amicale des para-commandos de Namur ont ensuite fleuri le monument aux Morts. La cérémonie s’est clôturée par une sonnerie et l’exécution de la Brabançonne. Après cette matinée empreinte d'émotion, un vin d’honneur était offert à l’hôtel de ville, suivi du traditionnel banquet à la salle l'Orbey.

PB110396.JPG

Le comité du Souvenir remercie tous ceux et toutes celles ainsi que les nombreux scolaires qui restent fidèles à ce rendez-vous du souvenir.

 

 

La presse en parle, cliquez sur le lien : VA_18.11.2009.pdf

Le 11 novembre en Belgique et en France (Nouvelle Gazette du 12.11.09). Cliquez sur le lien : NG_12.11.2009.pdf

Coup de projecteur en images et sur fond musical sur les cérémonies à Bambois et au cimetière militaire français de la Belle-Motte : http://www.youtube.com/watch?v=iR4qRUb1TbE