Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/11/2009

Le Poilu n'était pas enterré là où il est tombé.

Depuis des années, Fernand Richard se rendait à Tournai pour y honorer la mémoire de son grand-père,mort au combat en 1914. L'aïeul était enterré 200 km plus loin...

Poilu_Belle-Motte_GRM Vendée.jpg
« Mon grand-père repose à Aiseau-Le Roux. Je le laisserai avec ses copains de combat », explique Fernand Richard (au centre), entouré d'Armand Guédon et Jean-Yves Renaudineau, respectivement secrétaire adjoint et président du GRM.
 
« Cette plaque, j'avais 15 ans lorsque mon père me l'a donnée. » Fernand Richard ne s'est jamais séparé de la plaque du matricule 1789, celui de son grand-père, né au Château-d'Olonne et mort au champ d'honneur lors de la Première Guerre mondiale. Elle l'a accompagné pendant la guerre d'Algérie mais aussi ce jour de 1999 où, se rendant aux archives départementales, il découvre le nom de son grand-père, Victor Richard, dans un registre. « Dans la famille, on ne savait rien. Pour ma grand-mère, c'était un sujet tabou. »

Après de longues années de recherches, sa patience et sa ténacité semblent enfin récompensées. « On m'a remis sa feuille militaire. J'ai appris qu'il était mort à Tournai et qu'il y était enterré. »

Le 24 août 1914, moins d'un mois après le début des hostilités, 53 soldats vendéens tombent sous les balles allemandes dans cette commune belge. L'un des premiers combats du 83e régiment territorial d'infanterie de La Roche et du 84e de Fontenay oppose 1 600 hommes à l'armée allemande en surnombre.

Une stèle « Le monument des géants » est érigée en mémoire de la résistance héroïque de ces 53 Vendéens. « Le nom de mon grand-père était apposé sur le mur de l'église et sur le monument aux morts. Je le croyais inhumé sous le tertre des Vendéens. Je suis allé plusieurs fois y déposer des fleurs. »

« Tous les jours le 11 Novembre »

Sdt Richard 002.JPGDix ans après cette révélation, c'est le choc pour Fernand Richard. Le groupe départemental de recherches sépulcrales et de mémoire historique combattante de la Vendée (GRM) le contacte. « Victor Richard a été inhumé à Warchain, puis transféré le 14 décembre 1922 au cimetière militaire de la Belle-Motte à Aiseau-Le Roux, à 200 km de Tournai », précise Jean-Yves Renaudineau, président de l'association.

Lors d'un travail de recherches au Château-d'Olonne, « nous avons croisé le dossier de Victor Richard, soldat au 83e régiment territorial d'infanterie. » En réussissant à lever le verrou du secret militaire, « nous avons pu faire des recoupements. » C'est que les archives ne sont ouvertes qu'au bout de 120 ans. « Notre groupe a accès aux fichiers sans restriction de consultation. »

Le GRM passe ainsi le plus clair de son temps à exhumer des Vendéens de l'oubli. « Depuis 1999, nous avons traité 6 000 dossiers. Pour nous, c'est l'Everest à grimper. À Tournai, nous avons découvert cinq cas identiques à celui de Victor Richard. »

Pour l'association, « le 8 Mai et le 11 Novembre, c'est tous les jours. Il s'agit de rendre hommage à ces soldats, morts pour notre liberté. Le devoir de mémoire, on le défend bec et ongles. » Fernand Richard, quant à lui, a pris sa décision : « Mon grand-père repose à Aiseau-Le Roux. Je le laisserai avec ses copains de combat. »

Laurence MONARD.
Ouest-France.
Vendredi 20 novembre 2009.
Sdt Richard 005.JPG

14/11/2009

Un 11 novembre autour du devoir de Mémoire.

PB110400.JPGCe mercredi 11 novembre 2009, un très bel hommage a été rendu à la mémoire des combattants de la Grande Guerre et c’est à Bambois, cette année, que les cérémonies officielles du 91ème anniversaire de l’Armistice de 1918 avaient lieu pour l’entité de Fosses-la-Ville.

 

La population, les anciens, les porte-drapeaux, l’autorité communale et du CPAS, une délégation des pompiers, l’amicale des para-commandos de Namur et le corps enseignant étaient présents à cette commémoration qui s’est déroulée en deux temps fort : la messe en l'église Saint-Barthélemy célébrée par le Doyen Favart, avec la participation remarquable de la chorale paroissiale, et la cérémonie de recueillement au monument aux Morts.

 

Egalement présents de très nombreux enfants des réseaux scolaires du communal et du libre. Ils ont partagé ce moment solennel avec les anciens. Précédant les porte-drapeaux, deux enfants sont entrés fièrement dans l’église paroissiale portant la Flamme sacrée du Soldat Inconnu qu’ils ont ramenée de Bruxelles quelques jours plus tôt.

PB110375.JPG

Au monument aux Morts, la cérémonie commémorative a débuté par la mise en place de la Flamme par les enfants suivie d’une prière récitée par Monsieur le Doyen. Madame Anny Batardy rappela les conséquences dramatiques de la Grande Guerre.

 

Les noms des soldats fossois morts au champ d’honneur ont ensuite été cités par le colonel (er) Christian Chabot. A l’appel de chaque nom, un enfant déposait une rose blanche au pied du monument.

 

PB110384.JPG

Mesdames Anny Batardy et Paule Piéfort, au nom du conseil communal, et l’amicale des para-commandos de Namur ont ensuite fleuri le monument aux Morts. La cérémonie s’est clôturée par une sonnerie et l’exécution de la Brabançonne. Après cette matinée empreinte d'émotion, un vin d’honneur était offert à l’hôtel de ville, suivi du traditionnel banquet à la salle l'Orbey.

PB110396.JPG

Le comité du Souvenir remercie tous ceux et toutes celles ainsi que les nombreux scolaires qui restent fidèles à ce rendez-vous du souvenir.

 

 

La presse en parle, cliquez sur le lien : VA_18.11.2009.pdf

Le 11 novembre en Belgique et en France (Nouvelle Gazette du 12.11.09). Cliquez sur le lien : NG_12.11.2009.pdf

Coup de projecteur en images et sur fond musical sur les cérémonies à Bambois et au cimetière militaire français de la Belle-Motte : http://www.youtube.com/watch?v=iR4qRUb1TbE

06/11/2009

Démarche citoyenne des jeunes au Soldat Inconnu à Bruxelles

Pour la première fois dans son histoire, le comité du Souvenir de Le Roux avait convié les enfants et les jeunes de trois entités, Fosses-la-Ville, Aiseau-Presles et Mettet, à raviver la Flamme sacrée sur la tombe du Soldat Inconnu à la Colonne du Congrès à Bruxelles.

 

032.JPG

Presqu’à la veille du 91ème anniversaire de l’Armistice de 1918, ce jeudi 5 novembre, 35 jeunes des 3 villes accompagnés par une vingtaine d’adultes, d’élus et de 8 porte-drapeaux ont rejoints la capitale emmenés dans deux cars.

 

Ce n’est pas sans émotion que cette cérémonie s’est déroulée. Acteurs principaux, les jeunes ont déposé les gerbes de leurs communes respectives, ravivé la Flamme sacrée et signé le Livre d’Or du Comité de la Flamme.

 

Présidé par le Colonel Jean-Jacques David, commandant militaire de Bruxelles-Capitale, ce dernier a ensuite transmis la Flamme aux enfants pour qu’elle soit déposée aux Monuments aux Morts de leurs communes le 11 novembre prochain.

 

Bel exemple que ce témoignage de rassemblement et de participation citoyens de la part de notre jeunesse autour de la tombe du Soldat Inconnu de la Grande Guerre. La journée s'est terminée au parc du Cinquantenaire et la visite du musée royal de l'armée autour d'une collation offerte par les administrations communales.

 

017.JPG

 

056.JPG

 

 

089.JPG
Lu dans la presse, ouvrez le lien ci-contre : VA_Soldat Inconnu 12.11.09.pdf
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous découvrirez le film complet en images et sur fond musical réalisé par Melle Pauline Charles :