Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/08/2009

La Belle-Motte : mémoire impérissable après 95 ans.

Depuis 1919, une cérémonie annuelle est organisée au cimetière militaire de la Belle-Motte en témoignage de reconnaissance envers le sacrifice consenti par ces milliers jeunes soldats Bretons, Normands, Girondins où  encore Zouaves et Tirailleurs venus d’Afrique du nord.

P8230072.JPG

649Aisaeu comm_moration bataille de la Sambre 2009 _11_.JPGCe dimanche 23 août 2009, le 95ème anniversaire était rehaussé par de nombreuses personnalités dont on retiendra la présence de l'arrière petit-fils du Maréchal Foch, Monsieur Remy Bécourt-Foch (à gauche sur la photo avec Daniel Tilmant)  et délégations patriotiques avec drapeaux trop nombreuses à énumérer. Les honneurs militaires étaient rendus par un détachement composé d’une escouade du 3ème Régiment du Génie de Charleville-Mézières et d’un peloton du 2ème Wing Tactique de Florennes. Les sonneries et la partie musicale étaient assurées par les trompettes de la musique royale des Guides de Bruxelles, par Dany Bastin à la cornemuse et par l’harmonie royale « L’Union » de Fraire. Le cortège militaire et patriotique était précédé de la police fédérale montée.

P8230077.JPG

P8230076.JPG

Rappelons-nous : dès le 15 août 1914, les éléments avancés de la 5ème Armée française bordent la Meuse et sont directement aux prises avec l'ennemi. Le gros de cette Armée arrive dans notre région le 20 août et s'installe le long de la Sambre.

 

L'Armée allemande passe à l'attaque les ponts de la Sambre le 21 août. La bataille durera trois jours. Pour éviter l'encerclement et la destruction, la 5ème Armée rompt le combat dans la nuit du 23 au 24 août et retraite en combattant. En trois jours de combat, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, elle a perdu plus de 7.300 des siens en tués.

                                                                                                               

A coté des pertes et des destructions dues au combat, la population belge subit de nombreuses atrocités de la part de l'ennemi : otages utilisés comme bouclier humain ou fusillés sans raison, nombreuses maisons incendiées.

 

Familles présentes.

 

De nombreuses familles françaises profitent de ces cérémonies pour fleurir la tombe de leur aïeul. Cette année, deux soldats morts pour la France et inhumés dans la Nécropole, sont mis à l’honneur.

 

Scan00013.jpgLe premier, le soldat Henry Fradin n'a pas pris part aux combats de la Sambre. Mobilisé en 1915, il rejoint le 91ème Bataillon d'Infanterie le 19 mars de cette année. Il est marié et père de famille. Il est porté disparu le 6 avril 1918 en foret de Coucy dans l'Aisne alors qu'il sert au 279ème Régiment d'Infanterie Territorial.

 

Fait prisonnier, il est conduit dans un camp de prisonnier à Darmstadt en Allemagne et par la suite à Sivry-Rance en Belgique où il est mis au travail dans une scierie exploitée par l'Armée allemande. Il y décédera le 31 août 1918 de la grippe espagnole. Il est inhumé dans le cimetière de Rance et sera transféré en la Nécropole de la Belle-Motte dans les années 1920.

 

Depuis la fin de la guerre, son épouse d'abord, ses enfants et petits enfants ensuite, ont tout mis en œuvre, sans succès, pour retrouver l'endroit où il avait été inhumé. En désespoir de cause, ils se sont adressés au Groupe Départemental de Recherches Sépulcrales et de Mémoire historique combattante de la Vendée. C'est lors d'un travail, sur un tout autre sujet, entre ce groupe et le Comité du Souvenir de Le Roux que l'on s'aperçoit qu'il repose à la Belle-Motte.

 

C'est donc la première fois en ce dimanche 23 août que des membres de sa famille, ses petits enfants en l'occurrence, peuvent se recueillir sur sa tombe et la fleurir. Les membres du Comité du Souvenir ainsi que toute la communauté réunie se sont associés à la famille dans ce moment d'émotion.

 

Autre grand moment d’émoi et de sérénité lorsque le 3ème Régiment du Génie sous les ordres de son chef est invité de se mettre en place auprès de la tombe du soldat Louis Taffin pour rendre hommage à un de leurs Anciens tué à l'ennemi pendant les combats de la Sambre. Il est rejoint par une délégation du village de Mont-Bernenchon d'où est originaire ce soldat. La délégation est conduite par Madame Marie-Claude Duhamel, maire de cette ville.

P8230083.JPG

 

En août 1914, le soldat Taffin sert comme sapeur dans la 1ère Compagnie du 1er Bataillon du 3ème Régiment du Génie. Cette Compagnie, chargée de l'appui travaux de la 1ère Division d'Infanterie a été déployée dans la région de Dinant.

 

Le 22 août, elle reçoit l'ordre de faire mouvement vers Sart-Saint-Laurent afin d'organiser la défense du village. Le 23 août à 9 heure 30, ordre lui est donné d'occuper et de défendre la lisière ouest du bois de la Folie. Le journal de marche et des opérations de la Compagnie décrit les combats de cette journée :

 

Quelques schrapnels sont tirés sur le bois. Le capitaine fait prendre à la compagnie des formations largement ouvertes pour P8230085.JPGrésister à ce feu d'artillerie. Le village de Fosses est incendié par l'ennemi. A 13 heures, une attaque se prononce sur la ferme de la Folie. Le capitaine est prévenu par un soldat du 84ème qu'une section d'infanterie engagée au nord du bois est décimée par l'ennemi et demande du renfort. A 14 heures, les éléments d'infanterie qui occupaient la ferme et les environs se replient sur ordre sans que la compagnie du Génie soit prévenue. Le capitaine se rend compte qu'il est en présence de forces ennemies très supérieures en nombre. Il prend la décision, de se replier par échelon en combattant. La retraite s'exécute en bon ordre, sous un feu très meurtrier. C'est au cours de cet engagement que le sapeur Taffin tombe frappé d'une balle en plein front.

 

Trois autres familles étaient également présentes sur les chemins de la mémoire à la Belle-Motte : la famille du Capitaine Charles Peslin tué à Oret représentée par le Dr Jean-Paul Alard, son épouse, née Peslin, petite-fille, et leurs deux fils, ainsi que la famille Régis Usson, neveux du caporal Marius Usson tué le 24 août dans les combats d’Oret. Fidèle depuis 2006, Monsieur Christian Schenkel de Metz vient760.JPG chaque année fleurir la tombe de son grand-oncle le soldat Georges Jehenne tombé à Le Roux le 22 août 1914. Cette année, il est revenu déposer au pied de sa croix de la terre normande prélevée dans son village natal de Guilberville situé à 20 km de St-Lô dans la Manche.

 

De nombreuses délégations bretonnes et normandes étaient venues en force en cars de Guingamp, Saint-Malo, Vitré, Rouen, mais aussi du canton de Givet avec qui le Comité du Souvenir est jumelé.

 

 

Le parrainage des tombes.

 

Depuis sa création en 2006, l’opération de parrainage ou d’adoption d’une tombe rencontre un vif succès parmi toutes les couches d’âge de la population. Ils étaient cette année 270 à déposer un bouton de rose au pied d’une croix ou d’un emblème des régiments d’Afrique du nord.P8230093.JPG

31.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                           D’autres moments très intenses ont marqué le déroulement de la cérémonie : le discours du bourgmestre d’Aiseau-Presles dont on pourrait regretter le passage relatif aux problèmes de politique intérieur qui n’avaient rien à voir avec cette manifestation. Les interventions de la jeunesse par Anaïs Leal y Pitia de Roselies (photo ci-contre) 289.JPGet du Gouverneur de la Province de Namur étaient très philosophiques et très adaptées à la circonstance.

En documents attachés, voici les discours du Colonel (er) Chabot, d’Anaïs Léal et du Gouverneur de Namur :

Discours Ch. Chabot Le Roux 2009.pdf

Discours Anaïs Leal.pdf

Discours Gouverneur Namur.pdf

 

Autres instants émotionnels, d’abord la sonnerie de cornemuse à l’appel aux Morts du 47ème Régiment d’Infanterie de Saint-Malo, du 48ème Régiment d’Infanterie de Guingamp, du 74ème Régiment de Rouen et du 136ème Régiment d’Infanterie de Saint-Lô, ensuite par les nombreux dépôts de fleurs (une vingtaine) au pied de l’Ogive, aux deux Ossuaires et au Monument contenant de la terre de Verdun.

 

 

331.JPG

Pour conclure aux côtés de nos jeunes parrains et marraines, nous pourrions chanter avec Laurent Voulzy : « Je m'souviens, on avait des projets pour la terre, pour les hommes comme la nature, faire tomber les barrières, les murs. Changer le monde, changer les choses avec des bouquets de roses. »

 

La presse était présente. Cliquez sur les liens ci-dessous : 

 

Vers l'Avenir (p.1) 24.08.2009.pdf

Vers l'Avenir (p.2) 24.08.2009.pdf

Vers l'Avenir 25.08.2009.pdf

La Nouvelle Gazette 26.08.09 (Edit. Charleroi).pdf

 

Visionnez le reportage photographique de Jacques Mansy, journaliste à Sud-Presse en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://portfolio.sudpresse.be/main.php?g2_itemId=343553

 

 

Tamines, Auvelais et Jemeppe-sur-sur-Sambre ont commémoré également la bataille de la Sambre, tandis que Dinant se souvenait que plus de 600 Dinantais tombaient sous les balles ennemies. La presse nous en relate les cérémonies. Cliquez sur les liens ci-dessous :

http://www.actu24.be/article/sambreville_5060_tamines_et_...

Jemeppe.sur.Sambre_VA 27.08.09.pdf

Dinant_VA 27.08.09.pdf

 

 

 

 

 

12/08/2009

Commémoration des Combats livrés sur la Sambre les 21, 22 et 23 août 1914

Belle-Motte (05).jpgLe mois d'août nous rappelle les combats livrés sur la Sambre par les 3ème et 10ème Corps d'Armée français et le sacrifice volontairement accepté pour défendre nos Libertés. Les cérémonies commémoratives auront lieu comme d'habitude avec la collaboration des Administrations communales de Fosses-la-Ville et d'Aiseau-Presles, le soutien du Centre Culturel de Fosses-la-Ville et du Ministère de la Défense nationale.

 

Devoir de Mémoire.

Nous devons passer le flambeau à ceux qui nous suivent. C'est Albert Camus qui écrivait : "Qui répondrait à la terrible obstination du crime, si ce n'est l'obstination du témoignage ?". C'est pour associer au Souvenir des milliers soldats morts glorieusement pour notre liberté que les habitants des entités de Fosses-la-Ville et d'Aiseau-Presles sont invités à participer aux cérémonies des 22 et 23 août prochains organisées par le Comité du Souvenir de Le Roux présidé par le Colonel (e.r) Christian Chabot entouré d’Huguette Patris, Fernand Galais, Luc Charles, Michaël Chapelle, Jean-Luc Collin, Pierre Godenne, Jean-Luc Vanbel et sous la présidence d’honneur de Daniel Tilmant. Elles seront également rehaussées de la présence annoncée de Monsieur Remy Bécourt-Foch, arrière petit-fils du Maréchal Foch.

La presse en parle : cliquez sur le lien suivant :VA_Belle-Motte 14.08.09.pdf 

Belle-Motte (01).JPG

Retour à l'histoire.

Août 1914. La Belgique subit le joug allemand. Il a suffi de deux semaines pour que les armées de von Büllow attaquent l'un des derniers remparts de la France : la Sambre. Dès le 17 août, les troupes du général Lanrezac commandant la 5ème Armée française font face à leurs ennemis sur la Sambre.

 

Écrasant les troupes françaises de leur puissance, les armées de von Büllow déferlent vers Paris via la Marne. A Auvelais d'abord, à Roselies, Arsimont et Tamines, ensuite à travers les portes de l'Entre-Sambre-et-Meuse, enfin à Le Roux pour l'ordre de retraite, les "culottes rouges" opposent une résistance héroïque à laquelle les teutons ne s'attendaient certainement pas. Les gestes de bravoures, d'héroïsme même sont légions. Ainsi le lieutenant Henri Lemercier à Arsimont, le caporal Pierre Lefeuvre à Tamines et le lieutenant Georges Cotelle à Le Roux, en sont les témoins. Mais à côté de ses héros, des milliers d'autres dont on ne dira jamais assez le courage, les mérites.Belle-Motte (02).jpg

 

Trois jours durant la Basse-Sambre et ses prolongements vont souffrir dans leurs affections les plus chères. La France y perdit plus de 6.000 jeunes soldats. Ils sont 4.070 à la Belle-Motte, située aux confins des anciennes communes de Le Roux et d'Aiseau, où se dérouleront les cérémonies officielles de ce 95ème anniversaire rehaussées de la participation de très nombreuses personnalités civiles, militaires et patriotiques de nos deux pays avec la présence de fortes délégations d'associations patriotiques de Givet, les bretons de Guingamp, Saint-Malo, Vitré, du Pas-de-Calais (commune de Mont-Bernanchon) et de Rouen (Normandie).

 

Les Honneurs militaires seront rendus par une Escouade d’Honneur en armes du 3ème Rgt du Génie de Charleville-Mézières, un peloton en armes du 8ème Bataillon Logistique de Namur. Les sonneries seront exécutées par le Corps de clairons de la musique royale des Guides tandis que l’Harmonie Royale l’Union de Fraire prêtera son concours musical.

 

Le Parrainage des tombes, c’est gratuit.

 

La cérémonie du Souvenir à la Belle-Motte est doublée, depuis 2006, d'une action d'adoption de tombes des "culottes rouges" qui reposent en la nécropole. 

Le parrainage d’une tombe est entièrement gratuit et peut se faire à titre individuel ou collectif. La seule obligation demandée aux Marraines et Parrains, est d’être présents le jour de la commémoration avec un bouton de rose, et de le déposer à un moment bien précis de la cérémonie, au pied de la tombe adoptée.

 

La candidature doit être rentrée avant le 15 août 2009. Un diplôme de Parrainage sera remis le jour de la commémoration par le Comité du Souvenir de Le Roux. Un appel est ici lancé pour faire connaître le Parrainage, surtout auprès des familles, des associations de Jeunes, des Administrations communales, des Associations patriotiques, et encourager plus particulièrement les  jeunes enfants à poser leurs candidatures d’adoption d’une ou plusieurs tombes. Toute information sur l’adoption d’une tombe en écrivant à l’adresse e-mail : lespoilusdelasambre@skynet.be ou au 0495/20.78.52.

 

Le Programme : Cliquez sur le lien ci-contre pour ouvrir la page du programme complet des cérémonies organisées à Roselies le samedi 22 août et à Le Roux - Belle-Motte le dimanche 23 août 2009. Programme des 22 & 23.08.2009.pdf

 

Le Banquet du Souvenir : Cliquez sur le lien suivant pour connaître le menu et les modalités de réservations : Carton Invit. Banquet 23.08.09.doc  

03/08/2009

Le Comité du Souvenir participe aux cérémonies de Coat-Mallouen en Bretagne.

En 1944, le maquis de Coat-Mallouen, bien organisé et fortement armé, soutient un combat meurtrier contre l'occupant avant de se disperser dans les communes environnantes.

 

Rappel historique :

Guingamp, siège du PC du 74ème corps d'armée allemand comporte une forte garnison ennemie. Le maquis de Plésidy-St-Connan, émanation de la résistance guingampaise (Armée Secrète), après avoir résisté dans son camp, organisé militairement, de Coat-Mallouen pendant deux heures, le 27 juillet 1944, à des forces très supérieures en nombre s'est replié en bon ordre, causant des pertes sévères à l'ennemi.

Dès le 30 juillet, le maquis s'installe aux abords de la RN12 où chaque nuit des embuscades sont montées pour détruire les convois venant de Brest vers le front de Normandie.

Le 5 août, le maquis, fort de 400 hommes aux ordres du lieutenant Robert, parachutiste SAS, s'installe aux portes de Guingamp, au château de Kéribau. Le 7 août au matin, les Allemands, en provenance de Guingamp et de Belle Isle en Terre, attaquent en force. L'entrée en action des chasseurs de la RAF permet de repousser l'ennemi.

En début d'après-midi la colonne blindée américaine du général Earnest est à l'est de Guingamp. Le maquis prend position dans la ville préparant l'accès des blindés. L'action combinée du maquis et des chars conduit à la reddition de la place à la tombée de la nuit. C'est la première fois dans l'histoire de la deuxième guerre mondiale qu'un maquis sert d'infanterie aux blindés américains. (Extrait de « Les patriotes de Coat-Mallouen » du Général Budet).

 

Chaque année, la commémoration des combats du maquis de Plésidy-St-Conan est organisée le dernier samedi du mois de juillet au monument de Coat-Mallouen à l’Etang Neuf et une forte délégation composée de 12 personnes représentant le comité du Souvenir de Le Roux y participait pour la 3ème fois, le week-end des 25 et 26 juillet 2009.

 

Le reportage photographique :

 

Le comité du Souvenir de Le Roux a été accueilli à la Mairie de Guingamp dès son arrivée le vendredi 24 juillet par Pierre-Yves Conan, Maire-adjoint : « Amis belges, nous sommes heureux de vous accueillir à la Mairie de Guingamp.

Nous vous savons fidèles depuis plusieurs années à la journée de commémoration du maquis de Coat-Mallouen et notamment commémorant les faits d’armes de la journée du 27 juillet 1944.

Nous vous savons attachés aux lieux de mémoire, ceux des combats de la Sambre, chez vous en Belgique sur  les communes de Fosses-la-Ville, d’Aiseau et de Le Roux, et celui de Coat-Mallouen, ici chez nous. »

 

Retrouvez l'intégralité du discours de Mr Conan, Maire-adjoint, en cliquant sur le lien ci-dessous :

Discours P.-Y. Conan_Guingamp 24.07.09.pdf

La presse était présente à la mairie: cliquez sur le lien ci-dessous :

Ouest-France 26.07.09(01).pdf

 

P7241165.JPGP7241173.JPG
P7241163.JPG

 

Le samedi 25 juillet, la commémoration du maquis au monument de l’Etang Neuf à Saint-Conan est un grand moment d’émotion : défilé d’ancêtres, office religieux, cérémonie militaire, sonneries, hymnes nationaux et dépôts de gerbes.

 

Les médias de la presse écrite relatent l'événement :

cliquez sur les liens ci-dessous :

Le Télégramme 27.07.09.pdf    Ouest-France 26.07.09(02).pdf

 

P7251179.JPG

 P7251178.JPG

P7251180.JPG

 P7251181.JPG

IMG_1037.JPG P7251183.JPG 

 P7251185.JPGP7251181.JPG

IMG_1092.JPG

 

Pour le dimanche 26 juillet, le comité guingampais nous avait organisé une visite culturelle : Paimpol, le train du Trieux vers Pontrieux, une promenade en calèche, une visite des lavoirs en barque sur le Trieux.

P7261198.JPG

P7261193.JPG
P7261194.JPG
P7261199.JPG

P7261211.JPG

P7261214.JPG

 

Visite ce 27 juillet à la nécropole d’honneur belge 14-18 de Sainte-Anne d’Auray : avant de reprendre le chemin du retour, quelques membres du comité du Souvenir de Le Roux sont allés s’incliner avec le drapeau aux pieds des croix du cimetière d’honneur où sont regroupés les corps des militaires de 14-18 décédés des suites de leurs blessures ou maladies, contractées pendant la guerre dans les hôpitaux de l'ouest de la France. Exhumés dans les cimetières militaires communaux de Bretagne, du Pays-de-la-Loire, de Normandie, les corps des soldats belges 14-18 sont aujourd’hui regroupés à Sainte-Anne d’Auray. En 1985, la Nécropole a accueilli quatre corps de militaires belges 14-18 exhumés en Haute-Garonne et deux tombés dans les Hautes-Pyrénées. Le cimetière regroupe actuellement 274 Belges.

P7271234.JPG

P7271229.JPG
P7271227.JPG

 

 

 

Dès à présent, le comité du Souvenir prépare son voyage à Guingamp pour 2010, du 23 au 26 juillet. Un bus pour le déplacement est au programme. Logement en hôtel 2**. Les personnes qui seraient intéressées par ce voyage peuvent dès à présent s’inscrire à l’adresse e-mail du comité : comite.du.souvenir@skynet.be.