Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/07/2009

Le Sergent-major Joanny DARCHE du 25ème R.I. de Cherbourg.

Sergent Joanny Darché.jpgCe dimanche 12 juillet 2009, le comité du Souvenir de Le Roux et les autorités communales d’Aiseau-Presles représentée par son Bourgmestre Monsieur Marcel Dargent et celles de Fosses-la-Ville représentée par la Première Echevine Madame Anny Batardy, ont accueilli une famille de Cherbourg venue pour la toute première fois sur les chemins de la mémoire se recueillir sur la tombe de son aïeul, le Sergent-major Joanny DARCHE, inhumé au cimetière militaire de la Belle-Motte.

 

Nul doute, que cette visite tressera un maillon supplémentaire de liens d’amitiés et de fraternités entre cette famille et le comité du Souvenir.

 

Le 25ème Régiment d’infanterie.

 

Le 25ème régiment d’infanterie est mobilisé le 2 août 1914 et porté à l'effectif de 53 Officiers et de  3.316 Sous-Officiers, Caporaux et Soldats ; il fait partie du 10ème Corps d’Armée commandé par le Général Defforges. Il quitte sa garnison de Cherbourg le 7 août sous les ordres du Colonel Vérillon et débarque le 8 août à Attigny dans les Ardennes françaises. Immédiatement, il entreprend, par une chaleur accablante, une série de longues et pénibles marches vers la frontière belge qu’il franchit le 17 août.

 Photo ci-dessous : 

La Garde au Drapeau avant de partir pour le front :

               à la 3ème place à partir de la gauche, le Sgt-major Joanny DARCHE et le Lieutenant BIGANT portant l'étendard.

Garde au drapeau 25è RI (sans titre).jpg

 

Depuis le 21 août à 19 h30, les Allemands ont forcé le passage de la Sambre à Roselies et réussissent à mettre un pied dans Aiseau.

 

Durant la journée du 22 août, le 25ème régiment va saisir sa place dans la bataille de la Sambre autour des villages de Roselies, d’Aiseau et de Le Roux. Il occupe le hameau de Menonry à Aiseau et vient en renfort du 74ème R.I. pour récupérer le village de Roselies situé au centre de la boucle de la Sambre entre Farciennes et Tamines. Deux compagnies du 25ème R.I. attaquent plein nord en direction de Tamines pour supporter la contre-attaque allant vers l’ouest sur Roselies. Cette contre-attaque s'est déroulée à partir de 4 h.00 du matin et comprenait :

} les Ier et IIIème Bataillons du 74ème R.I. de Rouen,

} 2 Compagnies du 136ème R.I. de Saint-Lô (stoppées bien vite dans leur mouvement par ordre de la 20ème  Division),

} et par les Ier et IIIème Bataillons du 129ème R.I. du Havre.

 

Hélas sans succès, le 25ème R.I. ne peut aider favorablement les autres unités à déloger la forte organisation des allemands solidement installés et supérieurs en nombre. 

Dès l'aube, un brouillard épais couvre la vallée. La fusillade s'est tue vers Roselies. Les unités du 3ème Corps d’Armée abandonne l’attaque du village. Les éléments du régiment cherbourgeois, dispersés et réduits, sont contraints au repli en direction de Le Roux et de Sart-Eustache.

 

Sous un feu terrible de mitrailleuses et d'artillerie, le dégagement des unités commence tant bien que mal, petits groupes par petits groupes.

 

Pour permettre aux autres unités de se décrocher, il faut protéger la retraite. C’est ainsi que le IIIème Bataillon du 25ème R.I. reçoit pour mission de se cramponner au plateau de la Belle-Motte sur la ligne Le Roux-Presles et d'y tenir coûte que coûte. Les fantassins se mettent donc à creuser en hâte des tranchées. Le Sous-Lieutenant Georges Cotelle, de la 9ème Compagnie, 1ère Section, y installe les siens, mais les mitrailleuses allemandes ne leur laissent pas le temps de s'enfouir bien profondément.

 

Au bivouac du soir du 22 août, un appel sommaire du 25ème R.I. faisait ressortir pour cette première journée de bataille : 20 officiers et de 1.470 hommes hors combat.

 

Malgré ses nombreuses pertes, dès l’après-midi du 23 août et jusqu’au crépuscule, le 25ème R.I. contre-attaque avec âpreté et furie dans les bois d'Oret près de Mettet. 60 hommes sont encore mis hors combat. La retraite générale commence !

 

 

Le Sergent-major Joanny DARCHE.                               

 

Le plus grand courage fut déployé. Les officiers et soldats cherbourgeois luttèrent héroïquement. Tous seraient à citer. 

 

D’après les Archives de la Croix-Rouge de Châtelet, le Sergent-Major DARCHES JOANNES, nom et prénom tels quels inscrits en toutes lettres, est identifié reposant dans une fosse commune d'Aiseau au hameau de Menonry. Néanmoins, ces Archives ne nous rapportent pas de numéro de fosse commune ou individuelle. Il n’y a aucune trace dans les Archives allemandes. Toutefois, son nom est parfaitement orthographié dans les fiches MPF de la Défense française sous DARCHE Joanny.

 

Le Sgt-Major Joanny DarCHE est tué à l’âge de 33 ans le 22 août 1914 alors qu’il faisait partie des quelques éléments rescapés qui remontaient vers la Belle-Motte. Il laisse derrière lui une veuve et un fils orphelin qui naîtra au mois de février 1915.

 

Il faisait partie de la 1ère Compagnie du Capitaine OGIER, Ier Bataillon du Chef de Bataillon O'DIETTE.

 

Sépultures primitives d'Aiseau.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emplacement de la sépulture primitive (marquée d'une flèche rouge) du Sgt-Mjr Joanny DARCHE à Aiseau (Archives Herman Plote de Bligny-sur-Ouche (Côte d'Or).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premières sépultures.

 

D’après les Archives allemandes, il devait exister une quinzaine de fosses communes et/ou individuelles sur le hameau de Menonry à Aiseau. Malheureusement, dans aucune de celles-ci, les autorités allemandes ne citent de nom. 

 

Suite au décret-loi du 19 août 1917, le Royaume de Belgique décide d’assurer la perpétuité des lieux de sépultures des militaires alliés tués sur son territoire pendant la durée de la guerre. L'armée impériale allemande procède à l'enlèvement des corps des centaines de morts enterrés sur les différents champs de bataille et commence l’aménagement mixte de la nécropole de la Belle-Motte. L’armistice empêchera le rapatriement de tous les corps.

 

Les exhumations au hameau de Menonry reprendront en 1922 du 4 au 21 septembre et du 7 au 19 octobre. D’après les exhumations faites, il est très probable que c’est dans la plus grande des fosses portant le n° 26 et comprenant 340 corps, qu’on retrouva la dépouille mortelle du Sgt-Major Joanny DARCHE. Cette fosse se situait entre la rue de l’Etoile et la rue de Roselies à Aiseau.

 

Sources documentaires :

} Journal des Marches et Opérations du 25ème R.I. ;

} Historique du 25ème R.I. ;

} Fiches « Morts pour la France » SGA Paris ;

} Marcel Houyoux, historien ;

} Cercle d’Histoire du « Vieux Châtelet » ;

} Archives de la Croix Rouge de Châtelet ;

} Archives « Landsturm-Infanterie-Bataillon » Osnabrück.

 

La presse était présente : Cliquez sur le lien : Vers l'Avenir 13.07.09.pdf

 

 

Le reportage photographique du dimanche 12 juillet 2009 :

 

Mme Letourneur-Darche se recueille sur la tombe de son grand-père en compagnie de sa famille et en présence de représentants du comité du Souvenir de Le Roux ainsi que de l'autorité communale d'Aiseau-Presles et de Fosses-la-Ville.

01.jpg

02.jpg

03.jpg

04.jpg
05.jpg

 

P7121146.JPG

Commentaires

Bonjour, j'habite Teurtéville-Hague dans le département de la Manche (50) et je fais un historique sur les Poilus de la commune. Sur 26 Morts pour la France 7 le sont en Belgique dont 5 du 25é R.I. et 2 du 36é R.I.
Pouvez vous m'autoriser à utiliser des données de votre site, notamment la photo de "la garde au drapeau".
très cordialement
Pierre Lescallier

Écrit par : Lescallier Pierre | 16/05/2012

Oui avec plaisir ! vous pouvez utiliser les commentaires (en y joignant les références) et la photo de la garde au drapeau.
Belle Journée.

Écrit par : TILMANT | 16/05/2012

Les commentaires sont fermés.