Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/04/2008

Un morceau d’histoire de Le Roux

Le Soldat RIOU de Penvénan, une petite commune des Côtes d’Armor (22), était maître pointeur à la 27ème batterie, 1er groupe du 10ème Régiment d’Artillerie de Dinan-sur-Rance.

Avec l’aimable autorisation de Monsieur Gabriel LE MER, Président du Souvenir Français de Lannion (22) et administrateur-trésorier de l’Association Bretagne 14-18, nous reproduisons le récit extrait du carnet route de ce vétéran de la Grande Guerre et citons le passage relatif à la Bataille de la Sambre.


«  Le 17 août, départ de Rimognes vers 5 heures du matin. Nous passons Rocroi vers 10 heures. Passage de la frontière franco-belge. Arrivée à Cul-des-Sarts (Belgique) vers midi, bivouac le soir. Le 18, départ vers 2 heures du matin, arrivée à Pesche vers midi, une jolie bourgade. Là, j’ai lavé mon linge, le soir j’étais de garde. Départ de Pesche vers 2 heures du matin, arrivée à Morialmé vers 6 heures, nous formons le bivouac. Le soir cantonnement dans un grenier plein de foin. Là j’ai acheté une pipe qui m’a coûté 1 f.50.

Le 20, même position. Nous apercevons un ballon dirigeable. Vers 4 heures du soir, alerte !

Nous nous empressons de tout ranger, prêt à partir vers 5 heures. Nous avançons de quelques kilomètres pour attendre sur le bord de la route depuis minuit jusqu’à presque cinq heures du matin.

Le 22 août, nous arrivons à Le Roux vers 5 heures du matin, journée du premier combat. Nous mettons en batterie vers six heures du matin à 1 kilomètre de la ville. Nous avons tiré 355 obus explosifs, 192 à balles. Terrible journée pour notre infanterie. Nous sommes obligés de battre en retraite en présence de forces beaucoup plus supérieures. Pas de blessés dans la batterie.

Le soir, on est retiré à Oret. Le 23, nous mettons en batterie tout près d’Oret. Le soir notre retraite continue jusqu’à Morienne ( ?) sous un feu violent. Le 24, la retraite continue sous une chaleur torride jusqu’à Cerfontaine. Arrivée vers une heure du soir, bivouac… »

Les commentaires sont fermés.